|

Must go on

Must go on

Sans l’éclairage apporté par la mise en scène – signée il faut le préciser par l’auteure elle-même – le texte de Must go on n’est sans doute pas d’une approche aisée.

Must go on / Nathalie Fillion (France)
Lansman ; coll. Théâtre à vif
44 p. – 2016 . – 10 €   ISBN 978-2-8071-0098-5

Sans l’éclairage apporté par la mise en scène – signée il faut le préciser par l’auteure elle-même – le texte de Must go on n’est sans doute pas d’une approche aisée. Heureusement qu’une une préface offre quelques clés au lecteur. On y apprend notamment qu’une première version vit le jour en 2005 à l’issue d’un travail mené par Nathalie Fillion avec un groupe d’adolescents. Et comme un chorégraphe était aussi de la partie, ce fut une pièce à danser : « Le mouvement étant déjà en soi une écriture, il fallait peu de mots, de l’espace pour le mouvement, des signes du corps dans les mots ». Un décor de discothèque. Des personnages inventés, comme une femme muette, une femme qui boite, une autre tatouée, une grande actrice… mêlés à d’autres issus tout droit de la culture « scolaire », comme Le P’tit Prince, Icare, Arthur Rimbaud, Ophélie… Et aussi Narcisse dont le mythe suggère un fil rouge à l’ensemble. Ambiance de fête brusquement interrompue par ce que l’on appellerait à présent un attentat, commis par une femme armée. Le monde bascule dans le noir !
Dix ans plus tard – après les événements de novembre 2015 – « acceptant la coïncidence de la fable avec l’événement » l’auteure remet pour de bon l’ouvrage sur le métier. Dans cette version finale, la seconde partie de son spectacle met en scène les protagonistes du début. Ils sont à présent des comédiens débarrassés de leur rôle. Des acteurs au sens fort du terme. Décidés à continuer à vivre. D’où le titre. (Maggy Rayet)